AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cyclisme: Evans, l'heure de gloire

Aller en bas 
AuteurMessage
Ghost-rider34
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4879
Age : 44
Localisation : pas très loin de la belle bleue
Date d'inscription : 27/09/2008

MessageSujet: Cyclisme: Evans, l'heure de gloire   Lun 28 Sep - 3:35




C'est avec panache que Cadel Evans est devenu ce dimanche champion du monde. L'Australien offre à son pays un premier sacre mondial après avoir remporté la course en ligne de Mendrisio en Suisse. Le coureur de la Silence Lotto a piégé les favoris comme Cancellara et Cunego, reduits aux places d'honneur. Côté Français, aucun n'a pu se mêler à la lutte finale.


Toujours placé mais jamais vainqueur, Cadel Evans a vaincu ce dimanche le signe indien. Au prix d'un effort final sans retenu, l'Australien a décroché le titre de champion du monde au nez et à la barbe des grands favoris espagnols et italiens. Sur le parcours exigeant et technique de Mendrisio, le coureur de la formation Silence-Lotto a construit sa victoire dans les dix derniers kilomètres et a franchi la ligne d'arrivée avec 26 secondes d'avance sur le Russe Alexandr Kolobnev, déjà deuxième à Stuttgart en 2006 derrière Paolo Bettini, et l'Ibère Joaquin Rodriguez, pas vraiment celui qu'on attendait sur le podium. Evans signe en Suisse la plus belle victoire de sa carrière et portera la saison prochaine le maillot arc-en-ciel avant de défendre son titre l'an prochain à Melbourne, chez lui en Australie.

Le perdant magnifique, voilà comment était surnommé jusqu'alors Cadel Evans. Deux fois deuxième du Tour de France (en 2007 et 2008), troisième de la Vuelta cette année, il récolte cette fois-ci le fruit des efforts qu'il a consentis depuis son arrivée sur la route en 2001, après avoir fait ses gammes en VTT avec deux coupes du monde au palmarès (1998 et 1999). En prenant en main son destin dans la dernière demi-heure de course, l'Australien a fait preuve d'un panache qu'on ne lui connaissait pas. Plutôt prompt à suivre ses adversaires qu'à les attaquer, notamment dans les grands Tours, il est passé à l'offensive au bon moment pour prendre quelques longueurs de marge sur Kolobnev et Rodriguez aux abords de la dernière montée de Torrazza di Novazzano. A la pédale, sans se retourner, Evans a bouclé les derniers hectomètres en accroissant même son avance.

Les Français n'étaient pas dans le coup

La dernière fois que les Mondiaux avaient fait étape à Mendrisio, c'était en 1971, année du deuxième des trois titres d'Eddy Merckx. Le Belge avait livré un duel de légende avec Felice Gimondi dans Torrazza di Novazzano. 38 ans plus tard, c'est le numéro de soliste d'Evans qui restera dans les mémoires. Fabian Cancellara, sacré dans le contre-la-montre jeudi, n'a pas réussi un doublé inédit, piégé comme les Espagnols et les Italiens par l'audace du héros du jour. Cinquième sur la ligne d'arrivée, le Suisse restait un moment prostré sur le bitume, comme étourdi par la performance de l'Australien et déçu d'avoir raté le coche. Damiano Cunego, Samuel Sanchez et Alejandro Valverde, favoris sur le papier, se contentent eux aussi des places d'honneur.

Côté Tricolore, ce n'est pas cette année que Laurent Brochard, dernier coureur français champion du monde (en 1997 à San Sebastian), s'est trouvé un successeur, ni même Anthony Geslin, dernier podium bleu (en 2005 à Madrid). Les protégés de Laurent Jalabert n'ont jamais pu se mêler à la lutte pour la victoire finale. Sylvain Chavanel a pris la 29e place, bien loin des meilleurs. Christophe Riblon a un temps figuré dans le groupe des cadors, aux côtés de Boonen et Ballan notamment, avant de sauter quand la course s'est durcie. Pierrick Fédrigo, taillé pour la course selon le nouveau sélectionneur, ne s'est pas montré à son avantage, alors qu'il avait fait des Mondiaux son objectif de fin de saison. Rendez-vous à Melbourne l'année prochaine, sur les terres d'Evans, pour tenter de vaincre le signe indien.


L'amour, l'amitié, c'est surtout rire avec l'autre, c'est partager le rire que de s'aimer (citation d'Arletty)

Revenir en haut Aller en bas
http://aide-et-protestation.forumactif.com/forum.htm
 
Cyclisme: Evans, l'heure de gloire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon "quart d'heure français" !
» 31 août 1935 : L'heure de gloire de Stakhanov
» [Collection] Heure d'amour / Bouton d'or (E.R.F)
» Comment envoyer un sms à une heure différée
» (Collection) Une heure d'oubli... (Ernest Flammarion)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Cercle des Amis :: Sports et Loisirs :: le coin Sports-
Sauter vers: